La culture scientifique en bibliothèque

26 septembre 2019 • 09:00-16h30

Journée professionnelle organisée par :
l’Établissement public territorial Est Ensemble, l’Association Bibliothèques en Seine-Saint-Denis & la Bibliothèque des sciences et de l’industrie

Jeudi 26 septembre 2019

de 9:00 à 16:30
Bibliothèque des sciences et de l’industrie

INSCRIVEZ-VOUS (en précisant le numéro d’atelier auquel vous souhaitez participer) :

inscriptions[@]bibliotheques93[.]fr

Le programme :

9h00 – 9h30 : Accueil café

9h30 – 10h45 : 1re table ronde
Médiation des sciences et lecture publique : histoire, enjeux, perspectives

Condition essentielle à l’exercice d’une citoyenneté informée, l’accès des publics aux connaissances scientifiques et techniques relève d’une mission dont les établissements de lecture publique ne se saisissent parfois qu’avec timidité, pour des raisons relatives aux réticences supposées des usagers ou aux réserves des bibliothécaires eux-mêmes. Les paramètres pouvant expliquer cette situation sont nombreux : méfiance et désenchantement face aux progrès techniques, système scolaire nous ayant très vite classés dans la catégorie des « scientifiques » ou des « non-scientifiques » — avec sentiment d’illégitimité prononcé chez ceux n’ayant pas reçu de formation, malaise autour de la notion de vulgarisation, etc.
Prenant la mesure de ces freins, les pouvoirs publics ont dès lors mis en œuvre un certain nombre de leviers, encourageant la médiation scientifique à différents niveaux. En milieu scolaire, tout d’abord : adossant aux enseignements des mathématiques, des sciences de la vie et de la Terre, de la physique-chimie et de la technologie, l’acquisition des éléments essentiels de la culture scientifique et technique, faisant reposer celle-ci sur la pratique. En favorisant, ensuite, l’implantation d’un réseau de Centres dédiés à la diffusion de la culture scientifique, technique et industrielle (les CCSTI) avec lesquels collaborent les grands opérateurs de la recherche publique comme le CNRS, le CEA ainsi que certains industriels. Aujourd’hui, l’association des musées et centres pour le développement de la culture scientifique, technique et industrielle (AMCSTI) totalise plus de 200 adhérents, dont beaucoup s’avèrent être des partenaires potentiels pour des bibliothèques qui, mieux mises au fait de la composition et de l’étendue de ces réseaux, seraient à-même d’endosser leur rôle d’acteur culturel scientifique à part entière !

Table ronde avec :
Aude Inaudi, maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’Université Grenoble Alpes, membre du GRESEC, travaillant à une approche critique du numérique dans les domaines de l’éducation, de la documentation et des bibliothèques. Elle a notamment conduit un projet de recherche (2014-2015) en lien avec l’AMCSTI et le Ministère de la Culture et de la Communication sur la place des sciences en bibliothèque de lecture publique dans un contexte de développement des médiations numériques.
Noëmie Lozac’h-Vilain, coordinatrice de l’École de la médiation à Universcience, formatrice en médiation scientifique, organisation d’événements CSTI (Museomix, Adapte ma thèse), médiatrice scientifique.
Didier Michel, directeur de l’AMCSTI, association qui œuvre pour la reconnaissance et le développement des CSTI (cultures scientifique, technique et industrielle), affirmant la nécessité d’une action culturelle et éducative forte et constituant un enjeu de société considérable au cœur des débats d’actualité.
Valérie Fortuna, chargée de recherche CNRS au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies site d’Orsay (Université Paris-Sud, CNRS) et directrice de la MISS (Maison d’Initiation et de Sensibilisation aux Sciences).

10h45 – 11h00 : Pause

11h00 – 12h30 : 2e table ronde
Comment faire science dans les bibliothèques ? : s’inscrire dans les temps forts, former ses équipes et monter ses partenariats

Portés à différents échelons par différents types d’acteurs, de nombreux événements mettent la culture scientifique à l’honneur  :

  • La Science se livre : un festival de vulgarisation scientifique soutenu par le département des Hauts-de-Seine ;
  • Les sciences des livres : une initiative du Conseil Départemental du Val-de-Marne portée par l’Association Science Technologie Société  ;
  • La Fête de la Science : un appel à projets lancé chaque année par le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation ;
  • Savante Banlieue : la recherche en fête dédiée aux scolaires durant deux jours sur le territoire de Plaine Commune ;
  • Sciences infuses : une manifestation pluridisciplinaire dédiée aux sciences et organisée dans les bibliothèques d’Est Ensemble ;
  • La semaine de l’Environnement : festival sensibilisant le public autour des questions environnementales et se tenant chaque année dans plusieurs villes universitaires françaises…

…autant d’occasions d’inscrire la culture scientifique dans la programmation des bibliothèques et médiathèques, à condition de savoir identifier les bons interlocuteurs, de monter les partenariats adéquats et de créer, au sein des équipes, un véritable esprit d’émulation.
Et les retours d’expériences des invités de cette table ronde sont là pour vous y aider : venez trouver l’inspiration avec ces nombreux projets menés en bibliothèque !

Table ronde animée par Claire Hazart, directrice administrative et financière de la F93, association de culture scientifique et technique située à Montreuil, coordinatrice de La fête de la science en Seine-Saint-Denis, avec :

Nadeige Bouvard, chargée de mission culture et culture numérique, EPT Vallée Sud – Grand Paris.

Sarah Lambert, chargée de projets numériques (Direction de la Culture) au département du Val-de-Marne, accompagnée d’un·e représentant de l’ASTS, association Science Technologie Société.

Sophie Bougé, cheffe du service médiation jeunesse à la BSI, accompagnée d’un·e chargé.e de collection.

Christophe Denis, directeur du Parc Aux Étoiles, Centre de Culture Scientifique Technique et Industrielle des Yvelines (CCSTI).

12h30 – 14h00 : Pause déjeuner

14H – 16H30 : 5 ateliers (sur inscription obligatoire : 1 atelier maximum au choix par personne)

___________________________________

Programme des ateliers :

Atelier #1 / Sciences et genre

Intervenants :
Marie-Agnès Bernardis, chargée de mission égalité pour Universcience, coordinatrice du projet européen Hypatia
Claire Garraud, cheffe de projets de culture scientifique à l’Exploradôme

Soucieuses d’objectivité, les sciences exactes, expérimentales ou technologiques laisseraient penser qu’elles sont épargnées par les stéréotypes en circulation dans la société concernant les différences et les hiérarchies liées au sexe et au genre. Or, c’est pourtant loin d’être le cas – et il suffit de considérer que filières scientifiques et techniques sont encore trop souvent dépréciées et insuffisamment investies par les filles pour s’en convaincre !
L’atelier #1 « Sciences et genre » sera ainsi l’occasion, pour les bibliothécaires qui choisiront d’y participer, de réfléchir à cette problématique, en se forgeant les armes et les outils pour tenter d’y remédier !

  • Présentation du projet Hypatia :
    Le projet européen Hypatia – auquel Universcience a participé – a conçu une boîte à outils d’activités adressées aux jeunes de 13 à 18 ans, dont le but est de communiquer sur les sciences et les technologies de manière plus inclusive : montrant aux filles et aux garçons la richesse et la diversité des métiers des sciences et des technologies tout en déconstruisant les stéréotypes de sexe et de genre qui peuvent influer négativement sur les choix d’orientation. Ces activités peuvent être mises en œuvre par le corps enseignant, des médiatrices et des médiateurs dans des lieux d’éducation informels (musées et centres de sciences, bibliothèques) ou par des responsables de communication scientifique dans les institutions de recherche et les entreprises.
    Seront ainsi présentés :
    – Un atelier pour identifier les stéréotypes de sexe et de genre dans les représentations des sciences et des technologies (publicités pour des objets technologiques, visuels de campagnes de recrutement)
    – Des conseils pour organiser des rencontres avec des ambassadeurs ou des ambassadrices des sciences (personnes exerçant un métier scientifique : chercheurs, chercheuses, ingénieur.es, technicien.nes, étudiant.es en sciences et en technologie)
    – Un jeu de cartes sur les femmes scientifiques à travers l’Histoire
  • Présentation de l’exposition « Super-égaux, le pouvoir de l’égalité filles-garçons » :
    Conçue par l’Exploradôme et composée de plus de 15 dispositifs (quiz, roue des métiers, visualiseur d’ondes cérébrales…), l’exposition « Super-égaux, le pouvoir de l’égalité filles-garçons » met en lumière les étapes primordiales du développement de chaque être humain (de la naissance à l’âge adulte) comme étant aussi celle de la construction de l’égalité entre les sexes…

 

Atelier #2 / Sciences et jeunesse — parcours robotique

Intervenants :
un.e médiatrice jeunesse de la BSI
un·e chargé·e de médiation numérique du réseau des médiathèques de Plaine Commune (sous réserve)

Apparus dans les années 1960 dans le secteur automobile, les usages de la robotique se sont depuis considérablement diversifiés et ont pris une importance grandissante dans bien des domaines : industriel, médical, militaire, spatial, océanographique — pour ne citer que ceux-là. Objet de fascination depuis leur création, de fantasme et de prospection (dont la fiction s’est par ailleurs largement emparée), les robots génèrent également de nombreuses craintes et suscitent des questionnements éthiques dont on ne peut faire l’économie…
Interrogeant la machine depuis ses circuits, les projets mis à l’honneur par l’atelier #2 « Sciences et jeunesse — parcours robotique » permettent aux petit·e·s et aux grand·e·s de mieux en comprendre les rouages !

  • Présentation du projet Des robots à la biblio ! :
    Avec ses ateliers « Des robots à la biblio ! », la Bibliothèque des sciences et de l’industrie propose à ses usagers de 4 à 12 ans une première approche de ce monde fascinant des robots, en déployant une offre d’action éducative et culturelle d’envergure, entièrement co-construite avec ses nombreux partenaires ! Au programme : initiation aux langages de programmation avec TECHNEXT ou Easytis, fabrication DIY de robot avec du matériel de récupération grâce à Caliban et Educabot, combat de robots sous l’arbitrage de Cogibot, pilotage de drône sous l’aiguillage de Le Lorem, participation à la First Lego League Junior avec Lego, etc.).
  • Présentation du projet Little Bits (sous réserve) :
    De son côté, le réseau des Médiathèques de Plaine Commune mène des ateliers d’initiation à la robotique avec les « Little Bits » : ces petits modules qui, à partir de 6 ans, permettent d’aborder l’électronique et l’informatique de manière à la fois simple et ludique.

 

Atelier #3 / Sciences et jeunesse — parcours recherche

Intervenants :
Coline Haro, médiatrice jeunesse à la BSI
Fouad El Bourkadi, responsable numérique de La Petite Bibliothèque Ronde

La légende voudrait que ce soit au cri d’« Eurêka ! » que le savant grec Archimède ait compris les lois qui régissent la poussée que les objets subissent lorsqu’ils sont plongés dans l’eau… or, bien loin de faire des bonds sous l’impulsion d’inspirations soudaines et d’éclairs de génie, l’Histoire des sciences — à quelques contre-exemples près — progresse de façon moins spectaculaire, mais tout aussi fascinante : dans le secret des laboratoires, au prix d’une lente et rigoureuse recherche dont le respect de la méthodologie — qu’il s’agisse d’observations, d’expériences, de raisonnements ou de calculs théoriques — est gage de véracité des connaissances qu’elle produit…
Avec un esprit ludique qui n’exclut pas l’esprit de sérieux, les projets présentés au sein de l’atelier #3 « Sciences et jeunesse — parcours recherche » proposent aux jeunes usagers des bibliothèques de jeter un œil pour voir ce qui se passe sous les paillasses et dans les éprouvettes : mais surtout dans la tête de celles et ceux qui les manient !

  • Présentation du projet Ma recherche en 180 briques :
    Concept original de vulgarisation scientifique initié par l’université Paris 13, « Ma recherche en 180 briques » consiste, pour un chercheur ou une chercheuse, à présenter son projet de recherche à un public d’enfants. Ces derniers, mis à contribution, devront restituer ce qu’ils ont compris à l’aide d’une maquette construite en Legos par groupes de 2, expliquant leur construction et ce qu’elle illustre du sujet de recherche de l’intervenant·e. Cet atelier donne donc aux enfants l’occasion de rencontrer un·e scientifique, de découvrir un sujet de recherche actuel, et de s’approprier ce sujet par la construction et le jeu pour l’expliquer à d’autres.
  • Présentation d’un atelier sciences par la Petite Bibliothèque Ronde :
    Partie prenante du festival La science se livre, La Petite Bibliothèque Ronde en profite chaque année pour activer son fonds et faire vivre ses collections ! Une traversée de leurs différents projets nous démontreront que sciences et littérature jeunesse font souvent bon ménage !

 

Atelier #4 / Éducation aux médias et à l’esprit critique sur des thématiques sciences-société

Intervenants :
Valentin Caron, chargé de projet de médiation à la BSI
Didier Michel, directeur de l’AMCSTI
Thibault Vallette, médiateur scientifique et culturel dans le réseau des bibliothèques de Montreuil
Catherine Oualian, chargée de formation à l’École de la médiation

Créationnisme, théorie des chemtrails, rumeurs sur le programme Apollo, remise en cause des explications scientifiques établies par les pouvoirs publics et relayées par les grands médias d’information : la science a très souvent maille à partir avec le conspirationnisme – quitte à ce que ce dernier prenne parfois l’esprit critique à son propre piège ! Dans un contexte où l’accélération des flux d’informations fait que chacun d’entre nous a moins de temps pour se demander si une information est crédible, l’idée qu’il faut combattre par le développement de l’esprit critique ce qu’on appelle désormais des « fake news » préoccupe quantité de chercheurs, vulgarisateurs et décideurs politiques. Mais connaît-on bien ce que l’on combat ?
Les projets développés au cours de l’atelier #4 « Éducation aux médias et à l’esprit critique sur des thématiques sciences-société » peuvent donner quelques idées pour transformer sa bibliothèque en dojo, où l’on enseignerait cet art martial qu’est l’auto-défense intellectuelle…

  • Présentation du programme Médialab de la Bibliothèque des sciences et de l’industrie :
    Le programme Médialab, à destination des publics scolaires, a pour vocation de mettre en place un axe d’éducation aux médias et à l’information au sein de la bibliothèque des sciences et de l’industrie, en partenariat avec LABOmatique, une association spécialisée dans l’EMI. Apprentissage des bases de l’éditorialisation, du montage et du tournage de documentaires, réalisation de micros-trottoirs autour de la thématique des fake-news scientifiques : l’objectif du programme est de faire des élèves des acteurs de l’information, pour leur faire comprendre les mécanismes de transmission et de communication, et ainsi éveiller leur esprit critique. Pour cette année, une programmation plus ambitieuse est en cours de développement, mêlant ateliers, initiation et événementiel.
  • Présentation de l’atelier Médiation et critique :
    Sous la forme d’une plateforme numérique, l’atelier médiation et critique propose de partager des contenus sur science, culture et croyance en fédérant les contributeurs autour de 6 parcours interrogeant le triptyque science, culture et croyance.
  • Présentation du projet Café des sciences sur les fake-news scientifiques :
    En partant de la structuration d’un café des sciences type (montage, déroulé, séquençage), seront soulignés l’importance d’une élaboration sur un temps long et l’avantage de l’écosystème d’une médiathèque pour distinguer/discuter information partielle, partiale, datée et fausse.
  • Présentation de la formation Développer l’esprit critique en médiation proposée par l’École de la médiation :
    Fake news, rumeurs, arguments fallacieux, infobésité… Médiateurs·trices scientifiques, nous nous retrouvons bouleversé·e·s dans notre traitement de l’information et dans nos échanges avec nos publics. Quels acteurs et mécanismes contribuent à la diffusion de la désinformation ? Grâce à l’analyse des caractéristiques de l’information et des obstacles à son traitement, cette formation proposée par l’École de la médiation, projet pluri-partenarial coordonné par Universcience qui développe une offre de formation continue à destination des professionnel·le·s de la médiation culturelle et scientifique en France, donne des outils pour concevoir des médiations limitant l’usage des biais et favorisant des échanges avec les publics.

 

Atelier #5 / Jouer à débattre – L’Humain augmenté

Intervenant :
L’Arbre des Connaissances, une association fondée par des chercheurs pour promouvoir le dialogue entre producteurs de science et société

Pas besoin d’être scientifique pour être interpellé par la notion d’Humain augmenté qui fascine depuis l’Antiquité : depuis le mythe d’Icare, l’homme a rêvé des techniques qui pourraient augmenter ses capacités et repousser ses limites biologiques. Aujourd’hui, la médecine non seulement répare le corps, mais contribue aussi à en accroître les capacités ; les outils de communication étant toujours plus en fusion avec le corps humain. Or, quels enjeux sont soulevés par les changements sociaux, économiques, éthiques que ces progrès technologiques entraînent ?
La partie-test du jeu « Jouer à débattre », proposée par cet atelier #5, permettra aux bibliothécaires participants de s’en faire une idée !

  • Partie-test du jeu Jouer à débattre :
    Avec Jouer à débattre (JAD), L’Arbre des Connaissances met à disposition des professionnels de l’enseignement et de la culture de manière gratuite sur le site www.jeudebat.com, des supports de débats innovants pour intéresser autrement les jeunes aux sciences et contribuer à l’éveil de leur esprit critique par le jeu, et une approche transdisciplinaire des questions science-société. Chaque support JAD se compose d’un jeu de rôle, d’un guide pour l’animer et de ressources pour aller plus loin, afin d’accompagner au mieux les professionnels dans l’évolution de leurs pratiques…

___________________________________